Comment nettoyer son matelas

Qui ne s’est jamais retrouvé dans l’embarras en renversant du café ou de la confiture sur son matelas sans pour autant savoir comment le nettoyer par la suite ? Si vous êtes dans cette situation, sachez qu’il y a plusieurs astuces à moindre coût pour nettoyer son matelas.

Nettoyer son matelas avec des cristaux de soude

La première astuce pour nettoyer son matelas serait d’utiliser des cristaux de soude dilués dans de l’eau bouillante. Plongez ensuite une éponge dans le mélange et frottez cette dernière avec insistance sur la zone tachée du matelas. Une fois cette opération effectuée, prenez un gant humidifié avec de l’eau et rincez la surface que vous venez de nettoyer. Enfin, séchez votre matelas à l’air libre, et vous verrez que les taches disparaitront peu à peu.

Le liquide vaisselle peut également nettoyer un matelas taché

Le liquide vaisselle n’est pas juste efficace pour le nettoyage de vos assiettes et de vos couverts. Il peut également être utilisé pour faire disparaitre les taches sur votre matelas. Pour ce faire, mélangez le liquide vaisselle à de l’eau, plongez un gant dans la solution et rincez le matelas à l’aide du gant. Ensuite, prenez soin d’aérer votre chambre pendant quelques heures. Pour que votre matelas sèche plus vite, vous pouvez utiliser un sèche-cheveux avec de l’air tiède.

Le vinaigre blanc, très pratique pour nettoyer son matelas

Rien de plus rageant que d’acheter un matelas neuf de 140×190 et de le voir ruiné à cause d’une grosse tache disgracieuse. Mais pas de panique ! La tache peut très bien être nettoyée à l’aide d’un produit très commun dans nos foyers : le vinaigre blanc ménager. A l’aide d’un gant ou d’une éponge imbibée du liquide, frottez la surface tachée de votre matelas. Rincez ensuite les taches en utilisant un linge humide. Si elles résistent et ne partent pas au premier essai, n’hésitez à répéter l’opération.

Le talc, une astuce de multiple utilité

Nettoyer son matelas avec du talc est une astuce de grand-mère qui a déjà su faire ses preuves. Commencez par nettoyer et rincer votre matelas, puis saupoudrez de talc les zones atteintes par les taches. Le talc ne permet pas uniquement de nettoyer les taches de votre matelas. Il est également utile pour supprimer les mauvaises odeurs et laisser une odeur douce. Il serait donc parfait pour nettoyer le matelas d’un berceau sur lequel un bébé aurait uriné par exemple.

Se débarrasser des taches de sang à l’aide du bicarbonate de soude

Enlever une tache de sang est pour de nombreuses personnes ce qu’il y a de plus difficile à faire en ce qui concerne l’entretien de leur matelas, notamment s’il s’agit de tache de sang séchée. Il est toutefois possible d’y remédier en mouillant la tache avec de l’eau tiède, et en la saupoudrant généreusement de bicarbonate de soude. L’eau oxygénée peut également être utilisée : il suffit d’humecter le sang avec un linge plongé dans de l’eau oxygénée, d’éponger, de rincer et de sécher le matelas.

L’ammoniac, efficace sur toutes les taches

Bien choisir son matelas est une étape importante, mais ensuite, il faut savoir l’entretenir. Parmi les produits les plus efficaces pour enlever les taches sur son matelas, on retrouve l’ammoniac. En humidifiant un gant de toilette avec un mélange d’ammoniac et d’eau chaude, puis en frottant vigoureusement la zone à nettoyer, vous parviendrez à venir à bout de presque toutes les taches, et à éviter l’apparition d’auréoles.

réussir son passage au portage salarial

Comment réussir son passage au portage salarial

Envie de reconversion ou tout simplement séduit par les principes du portage salarial, beaucoup font leurs premiers pas dans la formule. Seulement, comme tout métier que l’on exerce, on patauge, on se heurte parfois et on adopte de nouvelles stratégies, et afin d’être sur la bonne voie, il est plus judicieux de choisir les meilleures démarches.

Le portage salarial, ça peut s’improviser !

Vous voulez bénéficier d’un statut de salarié tout en étant autonome dans vos missions ? Évoluer dans une société de portage est une alternative qui donne accès à cela. Toutefois, on comprend bien si vous êtes sceptique sur la formule en question.

Mais rassurez-vous, il est tout à fait possible de simuler son salaire en portage salarial grâce à un outil qui vous permettra d’apposer un chiffre à vos missions. Et vous pourrez également « improviser » avec des honoraires, des frais et un chiffre d’affaires fictifs.

Cet outil de simulation est accessible, personnalisé, il suffit de suivre le guide en remplissant le formulaire.

Comment passer d’un métier à un autre ?

Tout changement occasionne souvent des chamboulements, non seulement professionnels mais aussi personnels.

Comme vous envisagez de changer de carrière professionnelle, vous devez prendre des dispositions et vous informer au maximum sur votre future activité. Changer de métier inclut de bonnes manœuvres qui vous faciliteront la tâche, de bonnes attitudes à adopter afin de réussir et de bons plans d’action pour…gagner.

Pour ce faire, vous devez passer par plusieurs étapes, dont quelques-unes sont incontournables. Vous devez faire ce qu’on appelle « réflexion personnelle » afin de mieux cerner vos aspirations et votre futur métier. Vous devez aussi faire un « bilan de vos aptitudes » parce qu’il ne suffit pas de vous surestimer ou d’une motivation indescriptible pour que les choses soient faciles.

Vous devez surtout faire une « étude du marché » pour évaluer la faisabilité de vos projets, pour avoir toutes les informations sur votre prochaine activité et pour mettre toutes les chances sur vos missions en optimisant, déjà, l’envergure de votre clientèle, si vous avez opté pour le poste d’un consultant salarial.

Etre préparé comme porté salarié

Le portage salarial vous intéresse fortement et vous voulez en faire votre prochaine occupation, sachez alors que le premier principe à connaître est la suivante : comment fonctionne le portage salarial avant de sauter le pas.

Vous devez savoir, en premier lieu, que le porté salarié est un travailleur indépendant, mais qui jouit d’un statut de salarié, avec les avantages y afférents. Vous aurez alors à remplir « librement vos missions », à prospecter vos clients, à fixer les prix et à négocier les clauses sur l’accomplissement des missions.

En contrepartie, vous toucherez un salaire mensuel dont le montant dépendra de vos honoraires et que le calcul se fera avec un certain procédé suivant la société de portage avec lequel vous êtes affilié.

Quelques atouts sont rattachés à la formule, entre autres une latitude à travailler en autonomie, une absence de contraintes administratives et juridiques sur vos activités, une sécurité mensuelle en salaire, une liberté dans les missions dépourvues de tâches fiscales et administratives et un élargissement de vos contacts.

Essentiellement, un consultant salarial opère surtout dans la communication, dans le marketing et dans l’informatique, vous pourrez ainsi envisager de devenir programmateur parmi les missions accessibles avec la formule.

Investissement dans l'immobilier

Comment choisir son investissement dans l’immobilier

La pierre est l’un des investissements les plus sûrs et les plus rentables que l’on puisse réaliser. Il est néanmoins nécessaire d’en comprendre les règles et les différents tenants. Nous présentons dans cet article plusieurs critères à prendre en compte pour choisir son investissement dans l’immobilier de façon plus judicieuse et sûre.

Ce qu’il faut savoir sur l’investissement immobilier

Lors d’un investissement immobilier, l’investisseur se doit de tenir compte de nombreux facteurs avant de se lancer dans l’achat de son bien. Il doit par exemple tenir compte de l’emplacement du bien qui l’intéresse, en privilégiant un environnement sans ou avec peu de vis-à-vis, ou au contraire un emplacement en ville, à proximité de commerces et des transports publics. Il pourra ainsi décider d’investir dans les métropoles régionales les mieux adaptées à ses besoins.

Avant d’entamer quelconques démarches, se renseigner auprès des services de la mairie lui permettra de prendre connaissance des éventuels projets de construction prévus dans les environs de sa future propriété. Si l’investissement est à but locatif, le choix d’un emplacement dans une zone à forte demande locative (appelée « zone tendue ») permet de considérablement multiplier les chances de louer son bien rapidement. S’informer sur les nouvelles réformes fiscales est aussi fortement conseillé.

Opter pour un investissement immobilier dans le neuf ou l’ancien ?

Un investisseur a le choix entre un investissement dans le neuf ou l’ancien, et chaque option a ses avantages et ses inconvénients. Sur le plan fiscal, l’investissement dans le neuf est plus intéressant puisqu’il donne droit à plusieurs avantages fiscaux. Le neuf présente également comme avantage d’être plus fonctionnel et d’être respectueux de toutes les normes actuellement en vigueur, notamment concernant les normes environnementales et la réglementation thermique.

L’immobilier ancien est quant à lui moins onéreux à l’achat. Toutefois, il présente le risque de devoir réaliser des travaux de mise aux normes qui peuvent faire monter la facture. Ce type d’investissement doit donc être au préalable étudié minutieusement. Les différentes offres de biens, qu’ils soient neufs ou anciens, peuvent être consultées sur des sites spécialisés comme altus-immobilier.fr.

Choisir son investissement en fonctions de la rentabilité locative

Dans le cadre d’un investissement immobilier locatif, la rentabilité est le facteur déterminant à considérer. Il existe pour cela plusieurs méthodes de calcul. Généralement, l’investisseur calcule cette rentabilité à partir du loyer et du montant de leur investissement.

Mais pour obtenir des valeurs plus précises, il faut également tenir compte de l’imposition créée par l’investissement, la revalorisation du bien, les travaux à réaliser (s’il s’agit d’un investissement dans l’ancien) ainsi que tous les autres critères pouvant influer sur la rentabilité locative.

Choisir son investissement en fonction de la population

Avant d’investir, assurez-vous que la population du lieu où se trouve le bien que vous souhaitez acquérir corresponde à vos cibles. Un secteur ou une zone ayant une population importante est à privilégier car elle présente de manière générale une forte demande locative.

Il faut ensuite tenir compte de la tranche d’âge de la population. Par exemple, si vous comptez investir dans un logement pour étudiants, assurez-vous que les jeunes soient en nombre important dans la zone concernée. Vous pourrez retrouver ce genre d’information auprès des services de recensement de la mairie ou sur le site de l’INSEE.

Comment trouver sa mascotte idéale ?

Petits et grands s’amusent devant un paquet de céréales ou tout simplement une publicité d’une marque représentée par une mascotte. Dès qu’un petit personnage fasse son entrée sur le petit écran ou remplisse toute une affiche XXL d’un panneau publicitaire, on sait de quel produit il s’agit. Pour donner une certaine envergure à votre enseigne, vous devez aussi avoir la vôtre, mais comment y procéder ?

La mascotte, celle qui connote votre …griffe

Quand une figure est montrée au public, il est tout de suite assimilé à un produit. Essentiellement un petit animal sympathique, robuste ou rigolo, habillé à votre effigie ou un petit être fictif, en superhéros, qui revêt les couleurs fétiches de votre marque, ce « représentant » de vos produits doit être choisi selon quelques paramètres.

Si vos produits s’identifient de façon précise sur leur forme, sur leur couleur et sur leur contenu, en choisir une n’est pas si compliqué, seulement, il faut aussi mettre une « touche originale » pour qu’elle soit plus appropriée.

Toutefois, si la marque ne connote aucune représentation, vous devez faire preuve de plus de créativité afin de lui coller une apparence, la plus près de votre marque. Un petit personnage dont vous aurez à… « habiller » de vos articles fétiches.

Choisissez un nom très « évocateur » qui fait tout de suite allusion à un attribut de vos produits. Préférez un nom moins commun, plus distinctif afin qu’il reste dans la mémoire du public.

Attribuez-lui une apparence particulière, sans toutefois frôler le ridicule ! Peut-être que d’autres copieurs optent pour une ressemblance avec celle d’une marque qui marche afin de…duper les consommateurs, mais rien ne vaut l’originalité !

Pourquoi en avoir absolument ?

Pour promouvoir votre marque et pour qu’elle soit parmi les plus « près » des consommateurs, il ne suffit pas seulement de faire la Une des pubs, il vous faut une « image » !

Ainsi, plusieurs opportunités sont possibles avec ce cliché qui évoque instantanément votre marque. Il permet de rendre plus visible la vôtre et lui confère une certaine identité. En plus, c’est une belle façon d’accroître la notoriété de votre griffe.

Avec une telle image, vous pourrez créer un lien, une sorte de code avec le public. Ce lien pourrait aller jusqu’à une certaine complicité entre votre marque et le consommateur.

Et surtout, cette image doit …chambouler le côté affectif du public : joie, émerveillement et curiosité.

Choisissez-la bien …pertinente !

Une mascotte doit être « sur mesure », personnelle, elle évoque toute l’identité de votre marque.

Pour la rendre plus visible et pour secouer le côté émotionnel, vous pourrez la concevoir dans un contexte ludique, surtout s’il s’agit d’une marque destinée à des produits de puériculture ou de la petite enfance.

Auprès d’un public-cible « adolescents et jeunes », soyez « à la page » de toutes les tendances.

Sachez qu’un dessin vaut beaucoup mieux qu’un commentaire !

Déco salon avec des stickers

Comment décorer un salon avec des stickers?

Lieu de toutes les visites, proches ou amis, le salon mérite une décoration originale et les stickers donnent un effet inédit à la pièce. Mur, sol ou accessoires et meubles peuvent être habillés avec ces autocollants de grande taille ou avec plusieurs éléments formant un dessin, un message ou une image. Si vous optez pour ce procédé, ayez toutes les informations nécessaires !

Les stickers, de parfaites « œuvres d’art »

Certes, avoir un tableau à modèle unique confère de la classe à votre salle de séjour, dans laquelle vous passerez assez de temps, surtout quand des invités passent chez vous, mais il y a également une autre façon, tendance et pratique, qui habille votre intérieur.

Et voilà que ces auto-adhésifs, avec des dessins et messages originaux, donneront plus de « peps » à votre salon. Vous avez déjà choisi les rideaux, le capitonnage de vos meubles, quelques objets décoratifs que vous avez ramenés de vos voyages, mais vous avez toujours une sensation d’un vide dans la pièce.

Vous pourrez alors l’égayer avec un grand poster de fleurs ou de paysage, vos murs pourront véhiculer votre philosophie de la vie avec des mots et pourquoi pas un poème qui sera mis en évidence sur ce côté imposant de votre salon, vous pourrez aussi personnaliser votre « chez vous » en marquant votre territoire avec vos photos dessus, la vôtre avec toute la famille, et ceux qui font des adeptes ces derniers temps sont ceux en « trompe l’œil ».

Où en faire l’acquisition ?

Pour pouvoir orner vos murs, votre sol ou vos meubles, vous pourrez solliciter les prestations d’un professionnel. Faire imprimer des stickers est tout à fait accessible auprès d’une société dont les activités sont axées sur l’impression grand format en ligne.

Parmi les différents types qui serviront de support à vos dessins ou photos, même une pensée que vous chérissez tant, il y a les blancs, les transparents, les repositionnables, les adhésifs ardoise avec possibilité d’y inscrire des mots, le spécial sol et les formats A4 ou en rouleau.

Vous n’aurez alors qu’à soumettre vos besoins avec un fichier PDF, les modalités de découpe, les inscriptions s’il y en a, la dimension et autres éléments que vous pourrez négocier avec le prestataire.

Sachez que le support idéal, et d’ailleurs celui sur lequel les professionnels travaillent, est le vinyle pour sa robustesse et sa capacité à rendre un effet…réaliste.

La pose, le paramètre qui ajoute la touche finale !

Quand vous envisagez d’orner votre salon de stickers, vous devez d’abord vous appuyer sur plusieurs paramètres. Ainsi, définissez la partie qui va recevoir l’autocollant et pensez à privilégier le côté « harmonieux » du procédé.

La taille est un élément à prendre en compte, un grand pan de mur avec un petit dessin tout riquiqui est peine perdu, et encore moins un mur trop chargé.

Quand vous procédez à la pose, prenez ces dispositions : un autocollant de grande taille doit être posé à deux, quand le premier s’occupe de la pose proprement dite avec une raclette, le second le détache au fur et à mesure de son support transparent.

Préférez un côté pas trop ensoleillé ou à côté d’une source de chaleur comme le radiateur qui risquerait de l’abimer, voire le détacher.

Vérifiez qu’il n’y ait pas de bulles d’air dessous, munissez-vous d’une aiguille fine afin de les percer pour donner un effet lisse, sans pliures.

Et voilà, votre salon aura une décoration plus…originale !

Comment poser une clôture ?

Poser une clôture n’est pas une tâche aussi difficile qu’on le croit. Certes vous ne pouvez pas le faire tout seul, mais il n’y a pas non plus besoin d’être un expert en la matière. Que ce soit pour votre jardin, votre petit potager, un terrain vierge, vous aurez toujours besoin d’une clôture. Voici quelques consignes qui pourront vous aider à poser correctement votre clôture.

Bien se préparer

Poser une clôture ne se fait pas du jour au lendemain. Il est nécessaire de préparer le budget en avance, surtout si la surface est grande. Pour faire des économies, vous pouvez trouver vos matériaux chez un discounter. Si vous voulez engager un expert, il faut savoir que le prix de la pose d’une clôture n’est pas donné.

D’autre part, il ne faut pas non plus oublier qu’il faut avoir une autorisation de la part des autorités compétentes avant de se lancer dans les travaux. Le bornage du terrain devrait être également très précis, car vous risqueriez d’empiéter sur le terrain de vos voisins. Enfin, choisissez bien la période pendant laquelle vous souhaitez poser la clôture, pas en hiver ou encore moins pendant la saison des pluies.

Choisir le type de clôture

Les choix de clôtures sont nombreux, mais les plus fréquemment utilisés sont les clôtures en bois, qui sont assez classiques, mais toujours aussi chaleureuses. Puis il y a les grillages qui sont abordables, mais qui ne sont pas très résistants et les clôtures en béton qui sont très solides, mais nécessitent une bonne expertise. Il ne faut pas non plus oublier qu’il existe des clôtures naturelles, il s’agit des plantes, des petits arbustes, que vous pouvez planter autour de votre propriété.

cloture-naturelle

Poser une clôture en fil métallique

– Les matériels

Pour la réalisation de votre clôture, vous aurez besoin de quelques piquets, suivant l’étendue de la surface à clôturer. Munissez-vous aussi de quelques ficelles et d’un gros rouleau de grillage. Vous aurez également besoin de quelques poteaux, des fils de tension et des tendeurs.

– Préparer le posage

La première chose à faire c’est d’installer les piquets pour marquer la place des poteaux d’angles et des poteaux intermédiaires. Puis, vissez bien ensemble les poteaux avec les jambes de force. Creusez ensuite les endroits destinés à accueillir les jambes de force.

– Posage des poteaux

Une fois le terrain préparé, vous pouvez maintenant commencer à sceller les poteaux d’angles à l’aide de quelques pierres et du ciment. Laissez sécher quelques instants pour que le ciment tienne bien avant de sceller les poteaux intermédiaires à leur tour. Assurez-vous toujours bien que les poteaux soient bien verticaux.

– Posage du grillage

Il faudra attendre quelques jours avant de commencer le posage des grillages pour une meilleure tenue. Vissez ensuite les tendeurs sur les poteaux d’angles. La prochaine étape consiste à introduire les fils de tension sur les petits trous qui leurs sont destinés sur les poteaux et à bien les attacher. Enfin, vous pouvez installer le grillage en partant du poteau d’angle muni du tendeur.

Comment devenir imprimeur?

Si on se réfère à notre quotidien, il est difficile de se passer des services d’un professionnel de l’impression, et on se pose la question si on peut en faire un métier, et si oui, comment devenir imprimeur ? Quelles formations doit-on suivre ? Quelles sont ses missions ? Dans tous les cas, intégrer le monde de la communication et des industries graphiques, c’est plonger dans un univers en constante évolution. Voici donc quelques détails sur ce métier.

Les missions du professionnel de l’impression

Les métiers de l’imprimerie et de l’industrie graphique sont nombreux, mais l’imprimeur y tient une place particulière car il s’occupe de la tâche d’impression et ce qui l’entoure. Si vous souhaitez devenir imprimeur, il vous faut donc travailler avant, pendant et après l’impression afin d’obtenir des livres, des journaux, des affiches, des cartes selon divers procédés d’imprimerie (offset, sérigraphie, typographie, flexographie, héliogravure…). Ce travail est toujours à associer avec les machines d’impression.

Avant l’impression, vous devez démarrer les machines et procéder aux nombreux réglages et calage des supports. Au cours de l’impression par contre, il vous faut contrôler la qualité des imprimés afin de retirer les produits non conformes à la demande. Vous serez amené à imprimer sur des supports toujours plus variés, comme des vinyles autocollants grand-format, stickers, etc. A la fin de l’impression, votre tâche sera d’effectuer la maintenance des machines et leur nettoyage.

En somme, vous devez tout d’abord aimer travailler avec l’aide de machines car votre environnement sera principalement un atelier, puis être ordonné et réactif car vous devez respecter des délais souvent bien courts. Un sens de l’esthétique vous est aussi exigé, surtout une perception correcte des couleurs. Enfin, pour produire des documents de qualité, vous devez être aussi précis, rigoureux voire minutieux.

Les formations à suivre pour devenir imprimeur

Le métier d’imprimeur est précédé d’une formation adéquate. Si dans le domaine pratique, une expérience dans l’utilisation de machine industrielle est souvent exigée, dans le domaine théorique, vous avez le choix entre un BAC Pro en Production imprimée, un BTS Communication et industries graphiques avec comme option l’étude et la réalisation de produits imprimés ou un BEP Métiers de la communication et des industries graphiques.

Le métier d’imprimeur

Il faut savoir que les offres d’emploi sont variées pour le métier d’imprimeur, mais de manière générale, les techniciens et techniciens supérieurs capable de manipuler des machines de plus en plus compliquées sont les plus demandés. Puisqu’il faut fréquemment respecter des délais serrés, ce professionnel est amené à travailler à des horaires décalés, les jours fériés, les fins de semaines ou la nuit.

Avec un salaire tournant autour de 1200 à 1500€ bruts mensuels, ce poste d’imprimeur peut évoluer en chef de fabrication, toujours dans l’industrie graphique, voire en directeur technique.

En somme, c’est un métier technique qui exige une bonne maîtrise de l’informatique, un sens de l’organisation et de l’esthétisme, une connaissance des matières et des supports, mais surtout la maîtrise parfaite des couleurs. Désormais, le métier d’imprimeur n’a plus de secret pour vous.

Comment porter plainte ?

Si vous avez été victime de faits dommageables (agression, cambriolage, vol, effraction…) ou en cas de litige, vous disposez de plusieurs possibilités pour porter plainte. On peut porter plainte contre une personne identifiée, ou porter plainte contre X dans le cas où la victime n’a pas pu identifier l’auteur des faits ou si son identité est inconnue. Cependant une plainte n’est recevable que si les faits constituent une infraction pénale c’est à dire un crime, ou un délit (conduite en état d’ivresse, escroquerie, fraudes, détournement de fonds, vol …), ou une contravention (menaces, tapage nocturne, infractions routières, diffamation…).

Comment procéder ?

On peut le faire de trois manières différentes :

La plainte simple

Cette plainte n’a pas de forme particulière. Elle peut être rédigée, ou déposée ; pour cela on peut s’adresser à n’importe quel commissariat de police ou à la gendarmerie qui enregistrera la plainte et, le cas échéant, la communiquer au procureur de la République ou au service territorialement compétent. On peut aussi l’adresser directement au procureur de la République, au tribunal de grande instance du lieu de l’infraction ou du domicile de l’auteur de l’infraction.

La citation directe

Dans les cas de contravention ou de délit, la victime peut saisir directement le juge de proximité ou le tribunal de police (pour les contraventions) et le tribunal correctionnel (pour un délit). Toutefois l’auteur des faits doit être connu et une consignation sera demandée au plaignant pour garantir le paiement d’une amende s’il l’on constate que sa plainte est finalement abusive.

Le plaignant doit préalablement demander une date d’audience auprès de la juridiction compétente en déposant une requête au greffe de la juridiction proche du lieu de l’infraction ou du domicile de l’auteur des faits. Une fois la date obtenue, il doit faire appel à un huissier pour remettre une citation à comparaître à l’auteur présumé de l’infraction. La citation doit comporter des mentions obligatoires : les faits poursuivis, le texte de loi qui punit l’infraction, le lieu, la date et l’heure de l’audience.

La plainte avec constitution de partie civile

Dans les cas de crime ou de délit, le plaignant peut déposer une plainte avec constitution de partie civile en vue d’obtenir des dommages et intérêts pour réparation des préjudices subis, ce qui n’est pas possible avec la plainte simple. La plainte doit être adressée au juge d’instruction auprès du tribunal de grande instance du lieu de l’infraction ou de celui du domicile de l’adversaire s’il est connu.

loi

Comme pour la citation directe, le plaignant doit verser au greffe du tribunal une somme d’argent en guise de consignation. Cette somme est établie en fonction de ses revenus, et lui sera rendue à la fin de la procédure.

Remarques

Il existe un délai dit « de prescription » dans lequel on peut agir et porter plainte, à partir du moment où l’infraction a été commise. Ce délai dépassé, le délictueux pourra échapper à toute condamnation pénale, elle est d’un an pour les contraventions, trois ans pour les délits et dix ans pour les crimes.

Le plaignant n’est pas obligé de prendre un avocat, cependant il lui sera difficile d’agir seul. Il existe néanmoins des cas dans lesquels il est possible de bénéficier d’une prise en charge partielle ou totale des frais de justice (aide juridictionnelle). Il existe également des associations à qui on peut faire appel.

Comment profiter des derniers mois de la loi Pinel ?

Destinée à encourager les investisseurs à se lancer dans le logement locatif, la Loi Pinel a réellement porté ses fruits depuis son application la fin de l’année 2014. Pourtant, elle n’est pas définitive, elle prendra fin à la fin le 31 décembre 2021 car prolongé par le gouvernement Macron. Donc si vous hésitez encore, il est temps de prendre une décision, car la date limite est proche. Après cela, une nouvelle loi verra peut-être le jour et peut-être qu’elle ne serait plus aussi intéressante que la loi Pinel.

Investir en loi Pinel

Pour être éligible à la loi Pinel et investir dans l’immobilier neuf, il y a quelques critères que l’investisseur doit remplir. Tout en haut de la liste, on retrouve les conditions concernant le logement. Ce dernier doit être labellisé comme étant un Bâtiment Basse Consommation ou BBC 2005 ou 2009. Si ce n’est pas le cas, le logement doit au moins répondre aux lois concernant la réglementation thermique 2012. Ensuite, il est nécessaire de faire louer le logement pendant au moins 6 ans. Cette location est tout aussi valable pour les ascendants et les descendants du propriétaire. En dernier lieu, on retrouve les conditions concernant les plafonds au niveau de l’achat, du loyer et des moyens du locataire.

Profiter une dernière fois de la défiscalisation

Tous les mérites de la loi Pinel reviennent à l’ancien ministre Sylvia Pinel, qui a trouvé l’idée brillante de booster la construction de nouveau logement locatif en réduisant l’impôt sur le revenu. Se faire défiscaliser repose cependant sur quelques conditions dont principalement la durée de la location. Une location sur une durée de 6 années permet d’obtenir une défiscalisation de 12 %. Une location sur 9 années consécutives est équivalente à une réduction d’impôt de 18 % et sur 12 ans, l’investisseur aura l’avantage de bénéficier d’une défiscalisation à hauteur de 21 %.

Retrait de la loi Pinel

Si beaucoup ont déjà décidé d’investir depuis longtemps, d’autres hésitent encore de peur de faire un mauvais placement. Pourtant, la Loi Pinel tirera bientôt sa révérence et jusqu’à maintenant, il n’y a aucune certitude concernant la mise en place d’une nouvelle défiscalisation sur les logements neufs en 2021. Peut-être qu’une telle opportunité ne se présentera plus à l’avenir, donc si l’idée de vous lancer dans un investissement en immobilier neuf à Toulouse ou dans n’importe quelle autre ville où la loi Pinel prend effet vous a toujours travaillée l’esprit, alors il est temps de faire le grand pas, car les jours sont comptés.

investissement-immobilier

Investir ou pas

Considérée comme l’une des meilleures offres de tous les temps, la loi Pinel a fait de nombreux partisans ces deux dernières années. Pour bénéficier des avantages fiscaux, il suffit de bien choisir son bien et d’investir. Cependant, la loi Pinel n’est pas aussi bien vue aux yeux de tout le monde.

Elle a clairement été considérée comme une arnaque pour certains. Seulement quelques mois après son application, des critiques se sont soulevées, comme quoi la loi Pinel n’est avantageuse que pour les promoteurs immobiliers. Certaines études ont même démontré que cette forme de défiscalisation ne faisait qu’appauvrir les petits investisseurs qui ont pris le risque de se jeter à l’eau. Bref, il n’y aura jamais de loi parfaite, c’est à chacun de voir si un investissement est favorable ou pas et pour le moment la loi Pinel reste très alléchante.

Comment entretenir son parquet ?

Avant de voir comment entretenir son parquet, il faut savoir une chose. Pour conférer un peu plus de chaleur à votre intérieur, le revêtement en parquet est un excellent choix. On distingue généralement trois types de parquet selon la finition appliquée : le parquet vernis ou vitrifié, le parquet ciré et le parquet huilé. Les types de produits employés pour l’entretien sont étroitement liés au type de finition utilisé lors de la pose (consultez notre tuto de pose d’un parquet).

Continue reading…