All posts by admin

organiser un voyage

Bien organiser un voyage en 7 étapes

Enthousiasme, stress, appréhension, toutes ces attitudes surviennent quand on organise un voyage. Vacances ou autres raisons vous conduisent chez un proche ou dans l’inconnu, mais tout le charme d’un déplacement et d’un séjour ne doit pas être altéré par les craintes et les tensions. Pour que tout se passe dans les meilleures situations, suivez toujours ces conseils !

Organiser un voyage, les bons réflexes !

Quand on projette de partir pour quelques jours, en France ou ailleurs, on a toujours ces inquiétudes qui accompagnent les préparatifs, mais l’effervescence de ces moments doivent déjà évoquer votre passion pour une escapade ou des vacances.

Quelques dispositions sont alors à prendre, avec ou sans voyagiste. Si vous êtes de ceux qui n’improvisent pas trop des mois en avance, il faut d’abord choisir votre destination. Visiter d’autres régions de France ou carrément passer les frontières doit toujours faire l’objet d’une prospection.

Réservez ou achetez tout de suite vos billets d’avion ou de train, si vous avez la passion pour le roadtrip, un déplacement en voiture est idéal mais seulement si le trajet n’est pas si …long.

Faites la réservation de logement. Où loger, la question doit trouver une réponse avant vos déplacements. Chambre d’hôte, hôtel ou location d’appartement et maison, ces formules sont accessibles mais vous devez faire une comparaison de prix et de praticité.

Vérifiez vos documents de voyages : passeport, visa si besoin, carte d’identité et permis de conduire au cas où vous aurez l’occasion de louer une voiture. Vous ne devrez pas non plus oublier votre carte Européenne d’assurance maladie ni votre carte bancaire.

L’assurance voyage est un dispositif à se soumettre impérativement, car il est toujours prudent de prévoir.

Recueillez le plus d’informations sur votre destination. Consultez tous les sites qui en parlent, essentiellement les forums dans lesquels vous pourrez trouver les avis de ceux qui y ont déjà séjourné.

Le moment de faire les valises est arrivé ! Vêtements, accessoires, trousse de toilette, et n’oubliez pas la petite boîte à pharmacie de premiers secours et de médicaments qui doivent être pris quotidiennement.

Bien préparé signifie séjour de rêve

En plus de ces préparatifs auxquels vous devez penser, il y a aussi quelques éléments à prendre en compte.

Pour que vous n’ayez pas de désagréments pendant votre déplacement et votre séjour, prenez connaissance des renseignements suivants.

Informez-vous des procédures et paperasses essentielles qui entreront en vigueur dès votre entrée si vous passer quelque temps dans un autre pays. Renseignez-vous sur les compagnies aériennes qui opèrent dans le pays ou la ville en question.

Il est aussi important de savoir les conditions climatiques et particulièrement la météo pendant votre séjour dans ce pays. Dans ce cas, préférez y séjourner pendant une période propice.

Les meilleurs temps d’organisation

Certes, il y a des séjours à l’improviste, mais organiser un voyage nécessite toujours un certain temps de préparation.

Ainsi, vous devez choisir votre destination 3 à 6 mois avant la date prévue. Un moment suffisant pour les réservations de billets et de logement. La date éventuelle de départ et celle du retour doivent alors être définies à l’avance.

La validité des papiers, celle des vaccins obligatoires doivent être prises en compte. 10 jours avant le fameux départ, vous devez faire la liste des « indispensables » et une semaine avant le jour J, vous allez préparer les valises.

Ça y est, vous êtes prêt !

Comment assurer la santé de son enfant?

On n’est jamais trop prudent quand il s’agit de la santé de son enfant. En effet, nos progénitures sont toujours exposées à diverses infections, à différentes maladies qui se transmettent par un simple contact, voire avec l’air qu’elles respirent. Il est donc indispensable de prévenir les désagréments qui pourraient altérer leur bien-être.

Pour préserver la santé de votre enfant, faites-le vacciner !

Votre enfant n’est jamais à l’abri des maladies, et surtout des maladies infantiles. Dès leur plus jeune âge, même le nourrisson, des infections qui sont fréquentes chez les enfants et bébés, peuvent les atteindre, à tout moment.

À la crèche, à l’école ou tout simplement à la maison, la contagion menace toujours votre marmaille et la meilleure prévention est le vaccin.

Il y a des vaccins qui sont facultatifs et il y a les vaccins recommandés et obligatoires chez l’enfant. Au total, depuis sa naissance jusqu’à sa jeune adolescence, 11 vaccins sont impératifs et suivent un calendrier bien établi.

Pour cette année, le ministère de la santé a inclus dans la liste des vaccins que tout enfant doit effectuer, à part les 3 classiques, à savoir le vaccin contre la diphtérie, celui contre le tétanos et celui qui prévient la poliomyélite, le trio DTP, il y a 8 vaccins qui s’ajoutent à la liste.

Ces vaccins sont ceux qui agissent sur la rougeole, sur les oreillons, sur la rubéole, sur l’hépatite B, sur la coqueluche, sur la bactérie haemophilus influenzae B, sur le pneumocoque et sur le méningocoque C. on a récemment enregistré beaucoup de cas et, en recrudescence, ces infections touchent surtout les enfants.

De l’alimentation équilibrée pour un bon équilibre

Il est également essentiel de surveiller l’alimentation de votre enfant. Vous pourrez juger bon d’adopter la fameuse formule de « 5 fruits et légumes par jour », mais vous aurez toujours besoin des avis d’un nutritionniste à chaque cas.

Un guide de l’alimentation des enfants et ados est accessible sur le site en question puisque l’État en a fait une priorité. Cette politique permet de prévenir d’autres maladies qui sont fortement liées à l’alimentation, à savoir le cancer, la maladie cardiovasculaire, le diabète type 2, l’obésité ou l’ostéoporose. Ces maladies pourraient toucher précocement les enfants.

Vous devez alors vous référer sur les gestes à faire, sur les dispositions à prendre, sur les bons aliments qui aideront vos enfants à optimiser leur santé et à revigorer leur organisme.

Les accessoires de la prévention

Chez vous, pour assurer la santé de votre enfant, vous devez avoir à portée des mains quelques accessoires vous aidant à connaître leur état de santé.

Afin de surveiller votre bout de chou, vous devez avoir un thermomètre, connecté de préférence, pour une précision optimale sur sa température. Un pèse-bébé est aussi nécessaire puisque vous n’aurez pas toujours le temps de l’emmener systématiquement chez un pédiatre maintes fois afin d’avoir une courbe de son poids.

Le babyphone, pour ceux qui ont un bébé ou un enfant en bas âge. Ainsi, vous pourrez surveiller de loin, dans une autre pièce, votre progéniture. Les accessoires connectés sont très en vogue actuellement, en l’occurrence le biberon et le bracelet pour trouver la position idéale lors de la tétée, et pour connaître et sa température et son rythme cardiaque.

Ces accessoires peuvent vous donner un « tilt » pour savoir quand amener son enfant chez le médecin. Une fièvre, des convulsions, des vomissements ou des diarrhées, des douleurs sur le corps, de la brûlure en urinant, des toux ou tout simplement des comportements inhabituels peuvent être des indices qui vous disent que votre enfant ne va pas bien.

Délicat, le bien-être de votre enfant l’est, prenez-en soin !

Réussir son maquillage de fête

Nous souhaitons toutes être la plus belle pour aller danser. On pense à tout : la robe la plus tendance, les chaussures qui feront le plus d’effet, et surtout, on ne veut surtout pas se rater au niveau maquillage. Comment se démarquer des autres en osant un maquillage de fête original sans pour autant tomber dans le too-much et le mauvais goût ? On vous donne ici les petites astuces pour réussir votre maquillage de fête.

Prendre soin de sa peau

La clé de la réussite, c’est une bonne préparation de la peau. Et cela ne se fait pas uniquement avant une soirée : il faut que cette pratique devienne un réflexe au quotidien. Prenez donc l’habitude de nettoyer et d’hydrater votre peau, même si celle-ci est un peu grasse. N’oubliez pas non plus d’utiliser divers accessoires comme la brosse nettoyante pour resserrer vos pores et illuminer votre visage. Un épilateur pour visage sera le bienvenu pour se débarrasser des petits poils disgracieux.

Choisir un teint naturel

Même si vous optez pour un maquillage de fête discret, celui-ci sera toujours assez chargé. Vous ne pourrez donc faire l’impasse sur le fond de teint pour camoufler les petits défauts du visage. Nous vous conseillons donc d’opter pour un teint naturel. Une crème teintée ou une eau de teint vous permettront d’obtenir un effet couvrant mais léger, après avoir pris soin de camoufler les petites imperfections et les cernes avec un correcteur.

Maquiller les yeux et la bouche

Un équilibre doit généralement être respecté entre les maquillages des yeux et de la bouche. Ainsi, si vous tenez à avoir un regard intense, optez pour un maquillage plus discret au niveau de la bouche, afin de mieux mettre en valeur vos yeux. Toutefois, pour un maquillage de fête, cette règle peut être exceptionnellement mise de côté.

C’est l’occasion de maquiller vos yeux ET votre bouche, sans négliger l’un ou l’autre. Vous pourrez donc vous permettre d’utiliser des fards à paupières aux couleurs originales tout en mettant des rouges à lèvres assez voyants, mais attention, toujours dans la limite du bon goût et du raisonnable !

Utiliser des paillettes pour votre maquillage de fête

Vous voulez illuminer la soirée de votre présence ? C’est alors le moment de se faire un maquillage à paillettes pour se parer de lumière. Mais comme toujours, n’oubliez pas la règle d’or : « Ne pas en faire trop » ! Si vous voulez mettre des paillettes, contentez-vous de n’en mettre qu’une couche. Il s’agirait de faire en sorte qu’on ne vous confonde pas avec une guirlande de noël !

Une bouche de couleur rouge

La tendance ces derniers temps en soirée, c’est la bouche de couleur rouge, de préférence bordeaux ou vermillon. En ce qui concerne la texture, l’utilisation du gloss éphémère a fait son temps. Préférez plutôt les laques à lèvres. Celles-ci durent plus longtemps et sont aussi brillantes qu’un gloss. Afin d’obtenir un effet plus discret, vous pouvez tapoter légèrement vos lèvres avec vos doigts. Vous aurez alors un effet mordu et sexy du plus bel effet.

fond de teint

Comment trouver son fond de teint idéal ?

Cacher les imperfections, contourner certaines sinuosités ou tout simplement pour embellir ou unifier la couleur du visage, le fond de teint est le meilleur procédé. Mais il ne faut pas « sortir du contexte » pour offrir une mine blafarde à un visage qui l’est déjà, ou accentuer un rendu plus brun à un visage bronzé. Sachez alors choisir le vôtre !

Le fond de teint pour une bonne nuance !

Si vous voulez rendre plus beau votre maquillage, un produit qui unifie la couleur de votre visage est nécessaire. Avant l’application du fard à paupières et du fard à joue, ainsi que les autres produits, choisissez le bon cosmétique comme base.

Il est donc essentiel de savoir que cette base ne doit pas ajouter trop de contraste entre la couleur de votre visage et celle de votre cou. Pour ce faire, vous devez d’abord définir votre teint naturel : teint doré, teint rosé et teint neutre.

Il y a le procédé qui consiste à unifier le teint, mais il y a également le « make up contouring » qui permet de « bluffer » certaines zones en les affinant ou en les mettant en évidence.

Pour choisir les nuances, vous devrez alors vous appuyer sur votre teint naturel et l’effet que vous voulez donner à votre visage.

Les meilleures astuces pour un effet naturel !

Il y a de bons réflexes que vous devez adopter quand vous aurez à choisir ce cosmétique.

En premier lieu, faites toujours des essais avant de vous fixer sur un produit. Testez-le alors sur votre peau, celle de votre visage, sur le bas de votre mâchoire. L’habitude de le faire sur le dos de la main ou au creux du poignet est erronée.

Dans le cas où vous hésitez, préférez un teint plus clair afin de ne pas trop marquer le visage au risque de créer une grande différence par rapport aux autres parties du corps. Toutefois, choisissez-le très près de votre couleur car le contraire pourrait créer l’effet « poupée de cire ».

Si vous avez un teint très clair, accompagnez votre produit d’une application de poudres ou de quelques coups de blush. Si votre peau est plus foncée, vous obtiendrez de bons résultats avec un produit riche en pigments.

À chaque peau son produit !

Afin d’être fixé sur un fond de teint, le vôtre, vous devez maintenant considérer les autres paramètres, entre autres la texture à choisir. Il existe plusieurs formats : fluide satiné ou matifiant, le poudré, le stick, le mousseux et le compact, qui doivent être en fonction de votre type de peau. Ainsi, un produit fluide, sous forme de crème, est idéal pour une peau sèche. La formule poudre est beaucoup plus appropriée à une peau grasse.

Pour une peau normale, vous pourrez jouer sur les deux formules : de la poudre sur les parties médianes de la zone T (front, nez et menton), et de la crème sur le reste. La peau mature est beaucoup plus embellie avec de la crème qui peut se décliner en produit additionné de principes actifs antirides et enrichi en collagène.

Pour une retouche dans la journée, le format stick est idéal. La formule « mousse » offre une aisance à l’application et le compact pour un effet couvrant optimal.

À vous de choisir !

L'importance du casque de moto

Comment choisir son casque de moto ?

Ce n’est pas un simple acte de sagesse et de prévoyance, c’est aussi un acte citoyen qui suit les règlements de conduite, le casque de moto est un accessoire obligatoirement rattaché à ce véhicule. En faisant l’acquisition d’un « deux-roues », vous devez toujours inclure dans les impératifs cet instrument qui garantit votre sécurité. Mais comment le choisir ?

Le casque de moto, les meilleures dispositions

Sites et magasins spécialisés abondent en modèles, quand on parle de cet accessoire qui protégera votre tête. On en rencontre des designs qui frôlent les hautes coutures, on en voit des prototypes très futuristes, on essaye les plus extravagants et on achète les plus simples.

Le premier conseil est de ne pas trop se fier au look, l’essentiel est de vérifier ses caractères techniques.

Il faut également prendre en compte les gammes, puisqu’il y en a en entrée de gamme et ceux en haut de gamme, soyez conscient de la différence de prix, car c’est toujours liée à la qualité.

Avant d’être sûr d’un modèle, faites des essais. Portez-le pendant 5 minutes au moins pour que vous vous sentiez à l’aise dedans.

Les principaux modèles sont façonnés dans de la fibre de verre et dans du polycarbonate. Si la première apporte de la légèreté, le second garantit plus le label « norme ».

Dans tous les cas, parmi les modèles qui attestent une bonne protection, vous pourrez choisir un casque Shark Evoline. Un modèle qui est approprié à une conduite dans les milieux citadins et périurbains. Toutes les techniques dans lesquelles évolue cette gamme sont axées sur la protection optimale.

Pensez à choisir casque de moto homologué

Comme en France, le port de cet accessoire est obligatoire, il est alors plus judicieux de le choisir « homologué ».

En effet, l’homologation des casques de moto est nécessaire pour savoir si l’accessoire suit les normes requises. Plusieurs types d’homologation couvrent cet accessoire et, pour les obtenir, il doit passer par divers tests qui vérifient plusieurs pièces, entre autres la visière, la mousse de protection, l’impact sur le menton et autres.

Sachez que l’homologation est une attestation de la qualité et de la solidité de l’article, censé vous protéger la tête et les organes s’y trouvant.

Vous devez savoir « décrypter » cette homologation au moment de l’achat. Deux étiquettes doivent garantir cette certification : une étiquette verte avec la mention NF (NF S 72.305) et une étiquette portant la conformité européenne E + numéro indiquant le pays de fabrication.

En addition à cette homologation, il est stipulé dans les textes régissant cet accessoire qu’il doit se doter d’éléments rétro réfléchissants sur tous les côtés. Si certains présentent déjà ces éléments dès leur achat, d’autres laissent aux motards le soin de coller les leurs aux bons endroits en les incluant dans l’emballage.

Un accessoire…impératif !

Certains inconscients ne veulent pas connaître l’utilité d’un casque de moto pendant leur virée, et omettent d’en mettre. Seulement, il faut savoir que ce n’est pas pour le « fun » qu’on le met, c’est surtout pour des raisons de sécurité.

L’importance du casque se repose sur plusieurs fondements. Sachez que c’est l’accessoire qui protègerait la tête d’une chute, il doit être alors adapté à votre tête, ni trop petit ni trop grand.

Il doit vous être « personnel », ne le prêtez pas et n’en empruntez pas auprès des autres !

La première condition pour conduire une moto reste tout de même celle que tout motard doit faire : passer le permis moto. Comme tout véhicule motorisé, il est impératif d’avoir cette autorisation de conduire, avec les cours et les examens afin de l’obtenir.

Pensez toujours à votre sécurité et à celle des autres !

5 étapes pour réussir sa manucure

Faisant partie des soins du corps et de l’esthétique, la manucure est une branche qui séduit les femmes. En effet, s’occuper de ses mains et de ses ongles en leur donnant une belle apparence est une approche qui peut se faire chez soi, tout en étant accessible dans les salons de beauté. Se soigner vous-même les mains, usées par les ménages et diverses activités, ou les confier à des esthéticiennes, passent par plusieurs étapes.

La manucure, un bon soin des mains et des ongles

On dit souvent que les premières parties du corps que les hommes regardent chez la femme, ce sont ses mains, en particulier ses ongles. Une femme avec de beaux ongles est synonyme d’élégance et de délicatesse.

Il est alors plus qu’indispensable d’y prendre soin en effaçant toutes les traces laissées par la lessive, par les produits auxquels ont été confrontées vos mains, par les agressions qu’elles subissent quotidiennement.

Pour les mains en particulier, un massage spécifique pour affiner les doigts avec des produits adaptés est nécessaire, et doit être fait au moins une fois par semaine. Apportez-leur l’hydratation d’une crème de soin.

Quant aux ongles, pensez à enlever le vernis précédent à l’aide de dissolvant sans acétone. Polissez-les pour leur donner une belle forme et trempez-les dans de l’eau tiède additionnée d’huile d’amande douce. Après cette procédure, vous pourrez repousser facilement les cuticules.

Ces premiers soins sont incontournables avant de donner de belles couleurs à vos ongles.

Pour des ongles parfaits

Vos ongles sont maintenant prêts à recevoir le vernis. Cette mission se fera à plusieurs étapes.

Premièrement, il est indispensable d’y appliquer le produit de base. Durcisseur, la base aide à donner de la force à vos ongles et empêche le jaunissement.

La pose-vernis se fait ensuite en deux fois. La première couche très fine permet d’adhérer la suivante. Cette sous-couche se fait comme suit : une goutte au centre de l’ongle et étalez-la sur toute la surface. Vient ensuite la deuxième couche, plus épaisse, qui servira de finition avec seulement un ou deux coups de pinceau. En cas de bavure, utilisez un stylo effaceur.

Le temps de séchage se fera en 15 minutes, écoulé ce temps, vous pourrez passer vos ongles sous l’eau froide.

Pour que votre verni brille et tienne plus longtemps, terminez votre séance de manucure avec l’application du « top coat », cette dernière touche transparente pour protéger le vernis et lui apporter de la brillance.

Les différents types de pose-vernis

La manucure est un procédé dont raffolent les femmes. Après plusieurs années d’existence, le « french manucure » plaît toujours avec cette petite partie supérieure blanche, façonnée avec du dessin géométrique des fois.

Le vernis permanent gagne aussi du terrain pour celles qui veulent bénéficier plus de temps avec des dessins, du strass ou des perles, et même avec des anneaux, ornant les faux ongles.

Si vous êtes fans du « nail art », vous pourrez suivre les tutos qui abondent sur le net.

Plantes mellifères

Comment choisir les plantes mellifères quand on débute dans l’apiculture?

Une branche qui fait des adeptes dernièrement, l’apiculture requiert de multiples conditions dont, parmi les plus importantes, des plantes mellifères. En effet, pour la production de miel, les abeilles ont besoin de ces plantes comme ressources et les avoir dans le jardin dans lequel seront disposées les ruches permet de faciliter la production et de les « fidéliser » sur le lieu.

Les plantes mellifères et leurs produits

Autrement appelées nectarifères ou pollinifères, ces plantes permettent d’approvisionner les abeilles en produits à intérêt apicole.

Il s’agit du nectar extrait des fleurs dont les compositions sont l’eau et les sucres, en l’occurrence le fructose et le glucose. C’est avec ce produit que la consistance du miel sera définie, le fructose donne plus de fluidité au miel tandis que le glucose cristallise cet aliment.

Le pollen se trouve dans les étamines des fleurs. Ces petites poussières sont recueillies par les abeilles et offrent les protéines nécessaires à la colonie. Il servira à nourrir les larves mais également comme stimulant des pontes de la reine.

Le miellat est le produit extrait des excrétions sucrées des parasites. Elles sont récoltées et transformées en miel. Elles sont surtout présentes sur les arbres et les arbustes.

La propolis vient de la résine que les abeilles ramassent sur les conifères et les bourgeons des arbres. Elle aide à rendre plus lisses les alvéoles, mais elle renferme aussi des vertus fongicides et bactéricides pour la colonie.

Les meilleures plantes pour produire vos miels

Sachez que le butinage des abeilles atteint les 3 kilomètres aux alentours des ruches. Si certains apiculteurs se contentent des champs à proximité de leur élevage, d’autres préfèrent assurer eux-mêmes la plantation de ces végétaux qui permettent aux abeilles de s’approvisionner en produits nécessaires à leur vie et à la production de miel.

Planter des plantes mellifères à proximité des ruches est le moyen idéal pour « nourrir » vos abeilles, car pendant certaines saisons, quand il pleut ou quand il fait froid, le déplacement de la colonie est réduit.

Tandis que certaines espèces de plantes ne fournissent que l’un de ces produits, d’autres sont plutôt « polyvalentes » pour fournir en même temps du nectar, du pollen et du miellat. C’est le cas de l’érable champêtre, du châtaignier, du pommier, du merisier, du poirier et du tilleul.

Le lierre grimpant est assez riche en nectar, en propolis et en pollen. Le peuplier tremble fournira, quant à lui, du miellat, du pollen et de la propolis.

Mais vous devez surtout choisir le robinier faux acacia, une plante par excellence pour l’apicole. Doté d’une floraison abondante, il est idéal pour approvisionner les abeilles en pollen et en nectar.

Cette plante n’est pas vraiment exigeante pour se pousser sur tous types de sol, riche ou pauvre, et sa prolifération est reconnue. Elle permet d’obtenir du miel fluide, de couleur ambre et avec une forte senteur florale.

Une condition « sine qua non »

On ne saurait trop insister sur l’importance de la flore mellifère. Elle est incontournable pour la production apicole. Elle sert au butinage des abeilles. Non seulement, elle sert à l’apiculture dans son intérêt productif de miel, mais elle est aussi essentielle à la pollinisation.

Pour une parfaite équilibre de la biodiversité, ces plantes assurent le cycle des végétaux. Mettre des ruches à proximité des vergers optimisera une bonne récolte de fruits, l’interdépendance est alors prouvée.

pierre tombale

Comment trouver la pierre tombale qui convient au défunt ?

La pierre tombale est l’un des ornements pour les sépultures les plus utilisés pour l’inhumation des défunts. Ce monument est un symbole sur lequel les familles ainsi que les proches viennent pour se recueillir en mémoire de la personne disparue. Il est donc important de faire le bon choix en termes de pierre tombale puisque ce monument représente en quelque sorte la dernière demeure du défunt. Voici comment trouver la pierre tombale qui convient à un défunt.

Comprendre ce qu’est une pierre tombale

La pierre tombale est l’élément horizontal qui recouvre la sépulture du défunt. Egalement appelée la dalle, la pierre tombale se doit de correspondre à la personnalité du défunt et aussi au choix de sa famille. En outre, la pierre tombale est composée de quatre éléments dont un soubassement (la pierre au contact du sol), une tombale (la pierre au-dessus du soubassement qui comporte éventuellement des gravures), une stèle (la partie verticale qui mentionne le non et la date de naissance et de décès du défunt) et la semelle (la partie qui constitue l’assise du monument).

Opter pour une pierre tombale personnalisable

Une pierre tombale personnalisable comme celles proposées sur France Tombale est l’idéale. Grâce à la personnalisation, il est possible de mettre sur le monument, des témoignages de la vie du défunt, ou des valeurs qu’il a défendues ou encore des choses qui ont marqué son existence. Il est également envisageable de faire graver une formule ou un message personnel, ou encore une photo ou une illustration…

Choisir le type de pierre tombale

Plusieurs types de pierre tombale sont proposés par les sociétés de pompes funèbres. Parmi les matériaux les plus utilisés, il existe le granit ou encore le marbre, des matériaux très prisés pour leur grande robustesse contre les intempéries et leur grande durabilité à travers les années.

Choisir la forme du monument

Dans le choix de la pierre tombale d’un défunt, la forme du monument fait partie des éléments à considérer. Le choix peut s’avérer problématique tant il est vaste. Il est ainsi possible de choisir entre des pierres tombales plates, ou des pierres tombales plates avec pente, ou des pierres tombales à « queue de billard », ou des tombales à pas, ou des pierres tombales bombées…

Ne pas oublier la loi sur la pierre tombale

Dans le processus qui concerne l’inhumation d’un défunt, la règlementation a son mot à dire. La pierre tombale dépend également d’une règlementation, notamment du code général des collectivités territoriales. L’installation de ce monument demande une autorisation du maire de la commune où se trouve le cimetière. La pierre tombale devra alors respecter certaines dimensions, indiquer le nom du défunt, sa date de naissance et sa date de décès, ne pas gêner les monuments voisins en respectant une distance règlementaire de 30 cm entre deux sépultures…

Trouver la pierre tombale qui convient au défunt n’est pas une chose anodine. Pour vous aider un peu, retrouvez plus d’infos sur ce site. Enfin, il ne faudra pas non plus omettre de prendre en compte le budget à consacrer à la réalisation du monument.

Comment nettoyer son matelas

Qui ne s’est jamais retrouvé dans l’embarras en renversant du café ou de la confiture sur son matelas sans pour autant savoir comment le nettoyer par la suite ? Si vous êtes dans cette situation, sachez qu’il y a plusieurs astuces à moindre coût pour nettoyer son matelas.

Nettoyer son matelas avec des cristaux de soude

La première astuce pour nettoyer son matelas serait d’utiliser des cristaux de soude dilués dans de l’eau bouillante. Plongez ensuite une éponge dans le mélange et frottez cette dernière avec insistance sur la zone tachée du matelas. Une fois cette opération effectuée, prenez un gant humidifié avec de l’eau et rincez la surface que vous venez de nettoyer. Enfin, séchez votre matelas à l’air libre, et vous verrez que les taches disparaitront peu à peu.

Le liquide vaisselle peut également nettoyer un matelas taché

Le liquide vaisselle n’est pas juste efficace pour le nettoyage de vos assiettes et de vos couverts. Il peut également être utilisé pour faire disparaitre les taches sur votre matelas. Pour ce faire, mélangez le liquide vaisselle à de l’eau, plongez un gant dans la solution et rincez le matelas à l’aide du gant. Ensuite, prenez soin d’aérer votre chambre pendant quelques heures. Pour que votre matelas sèche plus vite, vous pouvez utiliser un sèche-cheveux avec de l’air tiède.

Le vinaigre blanc, très pratique pour nettoyer son matelas

Rien de plus rageant que d’acheter un matelas neuf de 140×190 et de le voir ruiné à cause d’une grosse tache disgracieuse. Mais pas de panique ! La tache peut très bien être nettoyée à l’aide d’un produit très commun dans nos foyers : le vinaigre blanc ménager. A l’aide d’un gant ou d’une éponge imbibée du liquide, frottez la surface tachée de votre matelas. Rincez ensuite les taches en utilisant un linge humide. Si elles résistent et ne partent pas au premier essai, n’hésitez à répéter l’opération.

Le talc, une astuce de multiple utilité

Nettoyer son matelas avec du talc est une astuce de grand-mère qui a déjà su faire ses preuves. Commencez par nettoyer et rincer votre matelas, puis saupoudrez de talc les zones atteintes par les taches. Le talc ne permet pas uniquement de nettoyer les taches de votre matelas. Il est également utile pour supprimer les mauvaises odeurs et laisser une odeur douce. Il serait donc parfait pour nettoyer le matelas d’un berceau sur lequel un bébé aurait uriné par exemple.

Se débarrasser des taches de sang à l’aide du bicarbonate de soude

Enlever une tache de sang est pour de nombreuses personnes ce qu’il y a de plus difficile à faire en ce qui concerne l’entretien de leur matelas, notamment s’il s’agit de tache de sang séchée. Il est toutefois possible d’y remédier en mouillant la tache avec de l’eau tiède, et en la saupoudrant généreusement de bicarbonate de soude. L’eau oxygénée peut également être utilisée : il suffit d’humecter le sang avec un linge plongé dans de l’eau oxygénée, d’éponger, de rincer et de sécher le matelas.

L’ammoniac, efficace sur toutes les taches

Bien choisir son matelas est une étape importante, mais ensuite, il faut savoir l’entretenir. Parmi les produits les plus efficaces pour enlever les taches sur son matelas, on retrouve l’ammoniac. En humidifiant un gant de toilette avec un mélange d’ammoniac et d’eau chaude, puis en frottant vigoureusement la zone à nettoyer, vous parviendrez à venir à bout de presque toutes les taches, et à éviter l’apparition d’auréoles.

réussir son passage au portage salarial

Comment réussir son passage au portage salarial

Envie de reconversion ou tout simplement séduit par les principes du portage salarial, beaucoup font leurs premiers pas dans la formule. Seulement, comme tout métier que l’on exerce, on patauge, on se heurte parfois et on adopte de nouvelles stratégies, et afin d’être sur la bonne voie, il est plus judicieux de choisir les meilleures démarches.

Le portage salarial, ça peut s’improviser !

Vous voulez bénéficier d’un statut de salarié tout en étant autonome dans vos missions ? Évoluer dans une société de portage est une alternative qui donne accès à cela. Toutefois, on comprend bien si vous êtes sceptique sur la formule en question.

Mais rassurez-vous, il est tout à fait possible de simuler son salaire en portage salarial grâce à un outil qui vous permettra d’apposer un chiffre à vos missions. Et vous pourrez également « improviser » avec des honoraires, des frais et un chiffre d’affaires fictifs.

Cet outil de simulation est accessible, personnalisé, il suffit de suivre le guide en remplissant le formulaire.

Comment passer d’un métier à un autre ?

Tout changement occasionne souvent des chamboulements, non seulement professionnels mais aussi personnels.

Comme vous envisagez de changer de carrière professionnelle, vous devez prendre des dispositions et vous informer au maximum sur votre future activité. Changer de métier inclut de bonnes manœuvres qui vous faciliteront la tâche, de bonnes attitudes à adopter afin de réussir et de bons plans d’action pour…gagner.

Pour ce faire, vous devez passer par plusieurs étapes, dont quelques-unes sont incontournables. Vous devez faire ce qu’on appelle « réflexion personnelle » afin de mieux cerner vos aspirations et votre futur métier. Vous devez aussi faire un « bilan de vos aptitudes » parce qu’il ne suffit pas de vous surestimer ou d’une motivation indescriptible pour que les choses soient faciles.

Vous devez surtout faire une « étude du marché » pour évaluer la faisabilité de vos projets, pour avoir toutes les informations sur votre prochaine activité et pour mettre toutes les chances sur vos missions en optimisant, déjà, l’envergure de votre clientèle, si vous avez opté pour le poste d’un consultant salarial.

Etre préparé comme porté salarié

Le portage salarial vous intéresse fortement et vous voulez en faire votre prochaine occupation, sachez alors que le premier principe à connaître est la suivante : comment fonctionne le portage salarial avant de sauter le pas.

Vous devez savoir, en premier lieu, que le porté salarié est un travailleur indépendant, mais qui jouit d’un statut de salarié, avec les avantages y afférents. Vous aurez alors à remplir « librement vos missions », à prospecter vos clients, à fixer les prix et à négocier les clauses sur l’accomplissement des missions.

En contrepartie, vous toucherez un salaire mensuel dont le montant dépendra de vos honoraires et que le calcul se fera avec un certain procédé suivant la société de portage avec lequel vous êtes affilié.

Quelques atouts sont rattachés à la formule, entre autres une latitude à travailler en autonomie, une absence de contraintes administratives et juridiques sur vos activités, une sécurité mensuelle en salaire, une liberté dans les missions dépourvues de tâches fiscales et administratives et un élargissement de vos contacts.

Essentiellement, un consultant salarial opère surtout dans la communication, dans le marketing et dans l’informatique, vous pourrez ainsi envisager de devenir programmateur parmi les missions accessibles avec la formule.